role-et-definition-politique-fiscale

Il y a quelques temps, nous avons abordé la politique monétaire. Aujourd’hui, nous allons analyser une autre des principales politiques économiques utilisées par l’État pour augmenter ou diminuer l’activité économique : la politique fiscale.

Lorsque nous parlons de politique fiscale, nous faisons référence à l’action intentionnelle du secteur public (c’est-à-dire l’État, les régions, les conseils locaux et le système de sécurité sociale), à travers la collecte de fonds et l’application de dépenses publiques, afin d’atteindre certains objectifs :

  • Accélérer la croissance économique.
  • Pleine utilisation de toutes les ressources productives de la société, qu’elles soient humaines, matérielles ou en capital.
  • Stabilité totale des prix, c’est-à-dire que les indices généraux des prix ne subissent pas de hausses ou de baisses significatives.

La politique étrangère et monétaire étant entièrement contrôlée par l’Union européenne, la politique budgétaire est devenue l’instrument le plus important dont disposent les pays membres pour intervenir dans leur propre économie. En effet, la conception de la politique fiscale est étroitement liée à l’activité économique d’un pays, d’où son importance.

Cependant, d’autres facteurs doivent également être pris en compte lors de la mise en œuvre d’une politique fiscale, comme, par exemple, la réaction de la population à ces décisions ou les mesures anti-fraude qui seront appliquées. Aujourd’hui, bien que la poursuite du processus de décentralisation de l’État rende difficile la mise en œuvre d’une politique fiscale, l’implication des régions et des conseils locaux permet de mieux s’adapter aux besoins des citoyens.

Les instruments dont disposent les gouvernements pour tenter d’atteindre leurs objectifs économiques sont appelés instruments fiscaux et peuvent être de deux types : les politiques fiscales discrétionnaires et les stabilisateurs automatiques. Nous les présentons ci-dessous :

Les politiques budgétaires discrétionnaires

Lorsque l’État entend influencer les recettes ou les dépenses publiques, il applique des politiques fiscales discrétionnaires. Il s’agit donc de politiques non réglementées qui visent à maintenir un certain rythme d’activité économique, notamment en période de crise, lorsque la production de biens et de services diminue. En résumé, il s’agit d’agir directement sur l’activité économique d’un pays pour tenter de la relancer. Cela peut se faire de plusieurs manières. Par exemple, en modifiant les taux d’imposition :

  • En modifiant les taux d’imposition. Les hausses ou les baisses d’impôts sont fréquentes lorsque le cycle économique change : en période de récession, les impôts sont généralement augmentés dans le but d’accroître les recettes publiques, tandis qu’ils sont généralement réduits dans les phases d’expansion du cycle économique. L’impact d’un changement de taux sur la demande globale est important et, par conséquent, sur les niveaux de production et d’emploi.
  • Programmes de travaux publics. L’objectif de l’augmentation des travaux publics est double. D’une part, il s’agit d’augmenter les niveaux de production et d’emploi. D’autre part, il s’agit de doter le pays d’une plus grande infrastructure. Le problème de ces programmes est qu’ils représentent généralement le pain d’aujourd’hui et la faim de demain, ainsi qu’une dépense énorme.
  • Les plans d’emploi et de formation. Les différentes administrations publiques mettent en œuvre des plans, tels que des projets de formation professionnelle et des ateliers-écoles, qui visent à former les travailleurs afin de les insérer rapidement sur le marché du travail. Cependant, le succès de ces programmes est plus que remis en question.
  • Programmes de transfert. Les principaux transferts sont les allocations de chômage et les pensions de retraite. L’objectif redistributif de ces programmes est de protéger les groupes les plus défavorisés.

Le problème des politiques fiscales discrétionnaires est que leurs effets mettent du temps à devenir latents. De plus, dans de nombreux cas, lorsqu’ils se manifestent, il est difficile de déterminer clairement dans quelle mesure ils sont le résultat d’une politique fiscale particulière ou de l’évolution économique elle-même. C’est pourquoi les gouvernements utilisent également ce que l’on appelle des stabilisateurs automatiques.

Stabilisateurs automatiques

Les stabilisateurs automatiques ont pour fonction, comme leur nom l’indique, de stabiliser l’économie. Grâce aux stabilisateurs automatiques, les transitions entre l’expansion et la récession sont plus courtes et moins perceptibles. En d’autres termes, si l’économie était un ascenseur, les stabilisateurs automatiques agiraient comme un frein dans sa phase descendante et comme un lest dans sa phase ascendante.

Il existe quatre principaux stabilisateurs automatiques :

  • Les impôts proportionnels. Il s’agit d’impôts qui ne varient pas en fonction du niveau de revenu. Par exemple, la TVA. Quel que soit notre niveau de revenu, le pourcentage de TVA que nous payons est le même.
  • Les impôts progressifs. Dans ce cas, les taux d’imposition augmentent ou diminuent en fonction du niveau de revenu : plus le revenu est élevé, plus le taux est élevé, et inversement. Par exemple, l’impôt sur le revenu des personnes physiques.
  • Les cotisations sociales. Il s’agit des contributions que les entreprises et les travailleurs versent au système de sécurité sociale. En contrepartie, la sécurité sociale offre une protection sociale.
  • Indemnités de chômage. Il s’agit de l’aide financière accordée par l’État aux personnes qui ont perdu leur emploi afin de couvrir leurs besoins sociaux et économiques.

En théorie, les impôts s’adaptent au cycle économique de chaque pays, de sorte qu’en période d’expansion, la collecte des impôts augmente en raison de l’accroissement de la production. Logiquement, en période de récession, le phénomène inverse se produit, que les augmentations d’impôts tentent de compenser. Cependant, l’effet est généralement inverse : lorsque la richesse de la population diminue, une augmentation des impôts entraîne généralement une baisse de la consommation et, par conséquent, un nouveau recul de l’activité économique.

Types de politique fiscale

Il existe deux types de politique budgétaire : la politique expansionniste et la politique restrictive. Lorsque l’on réduit les impôts ou que l’on augmente les dépenses publiques afin de stimuler la demande globale de biens et de services, il s’agit d’une politique expansionniste. En revanche, lorsque l’on augmente les impôts ou que l’on réduit les dépenses publiques pour atteindre l’objectif inverse, la politique budgétaire est dite restrictive.

  • Politique budgétaire expansionniste : en augmentant les dépenses publiques ou en réduisant les impôts, le revenu disponible des consommateurs augmente, de même que celui des entreprises. Cela entraîne une augmentation de la consommation et de l’investissement, ce qui se traduit par une augmentation de la demande totale ou agrégée de biens et de services, qui entraîne à son tour une croissance positive de la production, de l’emploi et des prix.
  • Politique budgétaire restrictive : si nous augmentons les impôts ou réduisons les dépenses publiques, l’effet immédiat est une baisse du revenu disponible des consommateurs et des entreprises, ce qui se traduit par une diminution de la consommation et de l’investissement. En conséquence, la demande globale diminue, et avec elle la production, l’emploi et les prix.

Connaissez-vous le type de politique fiscale mise en œuvre ces dernières années en France et considérez-vous que ses effets sont logiques ?

Leave a Reply

Your email address will not be published.